Récit érotique : Et si j'avais rêvé


Lue : 2232 fois
Histoire ajoutée le 05/05/2018 par bgold5b

Webcams coquines
Histoire coquine :

Nous sommes le 18 avril. La température est annoncée estivale, de l'ordre de 26 degrés. Pour une fois les météorologues ne se sont pas trompés. La chaleur est bien là, pas étouffante mais suffisamment intense pour me faire rechercher la fraicheur. Vers quatorze heures n'y tenant plus, je décide de faire une balade en foret. Je mets un bikini au cas ou l'envie me prendrait de me dorer au soleil, une petite robe légère et de jolis nu-pieds en cuir blanc.

Le soleil haut dans le ciel darde ses rayons et la fraicheur attendue sur ce chemin forestier est bien au rendez vous. Je marche lentement et profite pleinement de ces instants de bien être. Je suis attentive a tous les bruissements, les chants rares des oiseaux à cette heure de la journée, le souffle léger de la brise dans les frondaisons et sur ma robe qui caresse doucement ma peau. J'ai la chair de poule, mes tétons ont durcis et pointes sous le tissu. Une douce excitation m'envahie et me donne envie de m'allonger au soleil. Je me mets alors en quête d'un endroit approprié et au bout d'une vingtaine de minutes de marche j'aperçois une clairière sur la droite du chemin, je m'approche, personne. Pourquoi pas un bronzage intégral. La seule idée de me mettre nue dans cet endroit possiblement fréquenté, augmente mon excitation. Bien que j'adore ce moment où mon ventre et mon esprit s'enflamment, le fait d'être seule me ramène à la réalité et je n'ose pas me mettre nue. J'enlève ma robe, garde mon bikini, m'allonge dans l'herbe. Ca pique un peu la peau, je m'habitue. Je suis bien, tout parait paisible, de rares oiseaux poussent quelques cris en volant au dessus de la clairière, je regarde le ciel, le soleil chauffe ma peau et je fini par m'endormir profondément.
Je viens de me réveiller, il fait doux, la légère brise me caresse, j'ai pris un coup de soleil..........

Quoi, je suis nue!!!! .......... Et là, devant moi, se tient une jeune femme sublime, toute de noire vêtue, une cravache a la main, elle est comme engluée dans ces vêtements, ils lui collent a la peau. Elle n'est pas nue, mais on ne voit que sa nudité.

Je me suis mise debout, elle s'approche de moi calmement. Je la sens décidée, elle frappe doucement mais fermement sa cravache sur la paume de sa main gauche. Je n'ai pas peur, je suis surprise et j'ai envie d'en savoir plus même si je redoute la suite car je ne connais pas ses intentions. Elle s'approche encore, et à environ un mètre de moi, sans crier gare, elle me frappe fortement le sein droit, j'accuse le coup. J'ai mis instinctivement mes mains sur mes seins pour les protéger, mais d'une voix ferme et autoritaire elle me demande de les enlever et ne plus les remettre.
A peine les ai-je enlevées que les coups pleuvent, précis. L'un après l'autre mes seins sont atteints et s'écrasent sous les coups. J'ai d'abord mal, mais de nouveau mes tétons ont durcis et je supporte la douleur. Les coups s'arrêtent, la jeune femme s'approche de moi, me regarde droit dans les yeux. Sa main gauche me prend le menton et elle plaque sa bouche contre la mienne. Sa langue se mêle à ma langue et nous entamons un long baiser. Une main me caresse maintenant le bas ventre et vient s'attarder sur mon sexe. Un doigt écarte les lèvres de ma chatte et cherche mon clitoris. Le doigt le trouve, s'active sur mon petit monticule, le libère, le roule dans tous les sens. Il gonfle, durcit et mon excitation augmente. J'aime cette douce chaleur qui m'envahie et je me sens toute mouillée. J'écarte instinctivement les cuisses pour lui faciliter la tâche. Elle glisse maintenant ses doigts dans mon vagin. Je suis très mouillée et mes muqueuses gonflées me font fortement ressentir les mouvements de ses doigts. Je sens le plaisir m'envahir, j'ai chaud partout, mon esprit est enflammé. J'ai l'impression que je vais défaillir. Je ferme les yeux, je ne pense à rien d'autre même si maintenant tous les oiseaux de la foret se sont passé le mot pour que leurs gazouillis m'en empêchent.

Je suis dans cet état lorsque des mains s'emparent de mes hanches, La surprise est totale. Je pousse un cri. La tension liée à l'excitation tombe et je regrette amèrement de voir s'envoler un orgasme naissant. Un homme vient de se coller a moi, son sexe en érection est plaqué sur mon cul. Il a le souffle court, dans ma béatitude je ne l'ai pas senti venir. J'ai d'abord une réaction d'échappement, mais je suis prise entre deux feux, la jeune femme les doigts de sa main dans ma chatte et la poigne de l'homme derrière moi. Mon coeur bat maintenant la chamade car je viens de comprendre que, d'une part nue, d'autre part à deux contre un et enfin attiré par l'envie de connaitre une suite où le plaisir risque de l'emporter sur l'humiliation d'être utilisée comme objet sexuel sans contre partie, j'avais peu de chance de pouvoir m'échapper. J'arrête de bouger, la jeune femme reprend ses caresses et l'homme dont je ne sais rien, relâche sa pression. Sa main, par derrière, rejoint celle de la femme, me caresse doucement la chatte, puis remonte vers mon anus. Un doigt me caresse le trou. Tente de pénétrer. L'homme le mouille de salive et entreprend de nouveau sa pénétration. J’aime ce moment de plaisir qui se rajoute à celui de ma chatte. J'ai envie qu'il y parvienne lentement, sans se presser. Qu'il y mette un, puis deux, puis trois doigts, puis plus, et je m'abandonne a ces pensées alors qu'il s'exerce à réaliser mes souhaits. Lorsque la dilatation qu'il veut est atteinte, il présente le bout de son gland devant mon trou. Puis il pousse avec son bassin. Sa bite me parait énorme tant la pénétration est difficile et douloureuse. Il utilise a nouveau sa salive pour lubrifier mon trou et sa bite et recommence sa pénétration. Doucement mais fermement sa bite progresse dans mon cul. Je me sens rempli, c'est très agréable. Il entreprend alors un enculage en règle avec des mouvements amples, profonds et rapides Je trouve ça, au début, un peu douloureux. Puis, petit a petit, j'aime sentir le mouvement de sa bite dans mon cul. Ce plaisir s'ajoute a celui procuré par les doigts de la jeune femme dans ma chatte. Je suis très mouillée. J'ai même l'impression que mon cul l'est aussi. Cette sensation l'homme l'a aussi ressenti car il s'acharne. Son excitation est telle qu'il souhaite vider son sperme dans mon cul en y prenant le plus de plaisir. Il accélère le mouvement. Je brule comme lui de plaisir, ses mains cramponnent mes hanches, ses doigts s'incrustent dans ma peau. Il tire, il pousse, il crie. Mon excitation est alors à son comble et a mon tour sous l'action conjointe des doigts de sa complice et des coups de boutoirs de sa bite je crie ma jouissance. J'ai l'impression que cela n'en fini pas, je suis totalement abandonnée à mon plaisir. Il ralenti le mouvement, il s'arête sans se retirer, s'appuie sur moi, fait de nouveau quelques mouvements, râle toujours, se retire, me colle une violente frappe de la main sur les fesses. La jeune femme a retiré ses doigts. Je sens le sperme qui coule entre mes jambes. J'entends des bruits de pas sur le chemin, j'entends des rires. Ils sont partis, je suis de nouveau seule, pleinement satisfaite totalement hébétée, nue, allongée dans l'herbe............. C'est une belle journée et un charmant endroit ou je reviendrai souvent.

Partagez ce récit coquin :
Retour à la catégorie Récits Bi-sexuels