Récit érotique : Mon amie Céline 1


Lue : 17626 fois
Histoire ajoutée le 10/06/2016 par laure60

Webcams coquines
Histoire coquine :

Episode 1/2

Je vais vous parler de mon amie Céline dont je suis très proche, je lui ai raconté pratiquement tout au sujet de mes frasques sexuelles avec des amants, des hommes qui paient pour mes services, etc.
Elle m'a parlé en détail de ce qu'elle a vécu avec les trois hommes qu'elle appelle ses frères.
Je vais essayer de vous relater son histoire comme si j'étais elle.

Je suis une jeune fille de 1,68 mètre, brune, très désirable, cheveux longs, une forte poitrine et des formes généreuses.
Ma mère qui m'a mis au monde en étant célibataire s'est mariée quand j'avais 3 ans avec un homme veuf qui élevait ses trois garçons plus âgés que moi.
Avec Bertrand, Denis et Gilles nous vivons comme frères et soeur dans la maison de nos parents composée de deux logements reliés entre-eux après avoir abattu un pan de mur.
L'aile gauche est occupée par nos parents. L'aile droite comporte un salon/bibliothèque et nos chambres.

Je suis la cadette et la seule fille ce qui ne facilite pas mes relations avec trois garçons, mes frères qui en plus de me pincer les fesses et les seins de temps en temps ne manquent pas une occasion de me lancer des piques auxquelles je réponds n'ayant pas un tempérament à me laisser faire.

Ce matin Bertrand le plus jeune m'a particulièrement énervée et je l'ai traité d'impuissant, de petite bite et autres mots désagréables.
Ses deux frères sont partis à leur travail je reste seule à la maison avec lui.

Je vais dans la salle de bain et quand j'en sors une fois douchée c'est avec une serviette autour de mon corps pour cacher mes seins et mon intimité.
Je regagne ma chambre quand Bertrand sort de la sienne en short et torse nu. Il me dit:
.
.
.
Je me laisse convaincre et entre dans sa chambre. Il entre après moi, il ferme la porte à clé et met celle-ci dans sa poche.
>.
.
>.
.
.
>.
.
Je ne suis pas convaincue par les paroles que je prononce, j'ai eu trop de plaisir pendant nos ébats.

Je vais me laver nue tenant ma serviette de bain souillée à la main et quand je sors de la salle de bain Bertrand prend ma place après m'avoir croisée dans le couloir, son pénis ramolli pend entre ses cuisses.

La journée se passe, je n'arrête pas de penser à ce qui s'est passé ce matin.



Le soir au dîner, le fait de me retrouver en face de Bertrand, je suis fébrile et mal à l'aise.
Gilles le remarque et me dit:
.
.
.

Après avoir regardé un peu la télé je monte dans ma chambre, je me couche et m'endors rapidement.
Je suis réveillée par une main qui caresse mon sexe.
Bertrand nu s'est glissé dans mon lit. Je ne parle pas afin de ne pas réveiller Gilles qui dort dans la chambre voisine.
Il pose ses lèvres sur les miennes, sa langue s'insinue dans ma bouche et je réponds à ses baisers en mêlant ma langue à la sienne.
Je me retrouve nue après qu'il m'aie enlevée la chemise de nuit tout en caressant mon corps en commençant par les seins et en descendant lentement pour finir sur mon sexe .
Il se positionne tête-bêche, ses mains écartent mes cuisses, sa bouche embrasse mon intimité puis sa langue se met en action, pénètre et fouille ma chatte. Je frissonne et le plaisir monte dans mon ventre.
Sa queue est au dessus de mon visage, je l'enfonce dans ma bouche et lui fais une fellation en essayant de m'appliquer en faisant des va-et-vient rapides et en serrant bien mes lèvres sur son sexe.
Il éjacule dans ma bouche et me maintient la tête en me demandant d'avaler le sperme, contrainte je le fais en m'étranglant puis je dois continuer à sucer.
Sa langue s'active toujours dans ma chatte et un doigt sur mon clitoris l'orgasme arrive et les jets de cyprine qui coulent de ma chatte arrosent son visage.

Il se déplace et à genoux continue à masturber mon clitoris, je ne peux pas m'empêcher de gémir de plus en plus fort car le plaisir augmente dans mon ventre.
Un doigt pénètre ma chatte, la fouille puis toute gluant de mouillure s'approche de mon anus et s'y enfonce.
Il me doigte un bon moment et un deuxième doigt rejoint le premier, mon orifice s'élargit.
Il bande toujours car je le masturbais doucement pour entretenir son érection.
Il me positionne à genoux les bras repliés et la tête dans les draps puis se met derrière moi.
En position de levrette sa queue bute contre mon anus puis il exerce une poussée et je ressens le coulissement du pénis qui écarte les chairs et s'enfonce jusqu'à ce que ses bourses se collent contre mes fesses.
D'abord doucement puis à grands coups de reins il se met à me défoncer le cul pendant qu'une main torture mes tétons de mes seins et que son autre main s'occupe du clitoris.
C'est trop bon et je ne retiens plus mes gémissements.
Je mouille beaucoup et quand je jouis en râlant il doit soutenir mon corps pour que je ne m'affale pas sur le lit.
Il me sodomise un bon moment et je jouis encore avant que son sperme ne s'écoule dans mon corps.
Il m'embrasse sur les lèvres, se lève et regagne sa chambre.
Je m'endors le corps souillé de sperme et de mouillure.

Le lendemain matin Gilles tarde à partir à son travail et quand Bertrand a quitté la maison, il me dit:
.
.
.
Je reste bouche bée ne sachant pas quoi répondre.
>.
.
Je suis coincée.

Partagez ce récit coquin :
Retour à la catégorie Récits Hétéro