Récit érotique : Ses doigts en concert


Lue : 4075 fois
Histoire ajoutée le 05/05/2018 par lsuzy

Webcams coquines
Histoire coquine :

Nous sommes le 15 août. Mon mari et moi nous préparons pour aller voir un concert en plein air, d’un groupe rock que nous aimons bien. La journée a été vraiment très chaude. Je m’habille léger, et passe une jupe fine à fleurs et un petit t-shirt, l’ensemble est plutôt dans les teintes foncées, avec du marron, du noir, du rouge/orangé, et des pointes de vert.

Une fois arrivés en ville, nous approchons du parc municipal où doit avoir lieu le concert. Il y a déjà beaucoup de monde à l’intérieur. Nous prenons notre place dans la file d’attente. Serrés les uns contre les autres, je sens que je vais avoir très chaud ce soir. Je suis déjà couverte de transpiration.

A l’intérieur du parc, nous trouvons place près d’un muret en pierre d’environ 1 m de haut, assez large, calé contre une haie assez haute, sur le côté du parc, et non loin d’une buvette.
Nous nous asseyons dessus, le temps d’attendre le début des festivités. Je croise les jambes pour limiter les nombreux regards d’hommes que j’aperçois en direction de mon entrejambes. Volontairement, j’ai mis un string noir, pour moins attirer l’œil furtif de ces chers messieurs.
Le parc est maintenant plein. Les lumières s’éteignes, la musique claque d’un coup, la scène s’illumine, le concert commence !
Mon mari et moi sautons du muret et nous retrouvons collés l’un à l’autre, et aussi, collés aux autres personnes nous entourant. D’un côté le muret, de l’autre la foule. Mon mari est derrière moi. Nous nous donnons la main et profitons de ce moment de complicité, accentuée par la musique, la nuit, la chaleur et même moiteur de ce soir d’été.
Au bout d’un moment, la main de mon mari lâche la mienne, et glisse sur le bas de mon dos, puis descend sur le haute de mes fesses. Je sourie et profite de cette marque de douceur. Placé derrière moi, Eric ne peut pas voir mon sourire. Je pivote la tête pour voir son visage, mais dans la pénombre du lieu est telle que je ne le distingue qu’à peine.
Comme je ne suis pas très grande, je ne vois quasiment pas la scène. Je me mets sur la pointe des pieds, mais sans mieux voir. Je sens alors les mains de mon homme sur mes hanches, et comprend qu’il veut me faire monter sur le muret. Bonne idée. Avec son aide, je me hisse sur le muret, et là, je peux voir toute la scène. Je suis contente ! Rapidement, le muret se retrouve couvert de personnes.
Je sens la main de mon mari posée sur ma cheville, comme un lien maintenant notre complicité.

Au bout d’un moment, je sens que sa main me serre un peu par à-coups. Je regarde vers lui. Je distingue vaguement qu’il me regarde et me dit quelque chose, mais je n’entends que la musique assourdissante du groupe. Le concert continue…
Eric retire sa main de ma cheville… et la reprend rapidement quelques secondes plus tard. Il a chaud, sa main est devenue moite. Je suis baignée de douceur, de chaleur, des vibrations de la musique.
Eric remonte sa main sur mon mollet, comme pour un massage doux, il monte et descend. Lorsqu’il passe au-dessus de mon genoux, je sens un frisson dans le dos, à la fois comme un plaisir et un rafraichissement. Je sourie en sentant sa main se glisser le long de ma cuisse et se cacher sous ma jupe. En fait, il fait tellement sombre, que personne ne peut rien voir de ce qu’il se passe entre nous en ce moment. Je regarde vers mon mari, mais ne peux que distinguer ses cheveux sombres.

Je me demande s’il va oser aller plus haut, et je m’aperçois que je l’espère… J’aime nos moments de telle complicité intime. Mais Eric n’avait encore jamais osé si près d’autres personnes. Là, je trouve que cela devient vraiment très excitant.
Je sens ses doigts frôler mon string sur le devant, puis m’envelopper les fesses. Il ne m’a pas vu mette mon string à la maison. Il le découvre maintenant. Cela semble lui faire de l’effet, car presqu’immédiatement, je sens sa mains se glisser le long de la raie de mes fesses, comme pour en définir les contours. Hummmm, c’est très agréable. En moi-même, je me dis … « continue chéri ».
Il a dû lire dans mes pensées, car je sens ses doigts passer sous la ficelle de mon string, glisser jusqu’à mon entre jambe, et venir se baigner dans ce qui doit être un mélange de transpiration et des effets de mon excitation. L’un de ses doigts s’insinue déjà en moi. La chaleur doit lui faire gonfler les doigts, car je le sens un peu plus gros de d’habitude. Il rentre profond en moi, comme pour chercher la limite de mon vagin. Ses autres doigts frottent mes lèvres entre elles. Que c’est bon … Je cherche une branche près de moi pour me tenir, et je ferme les yeux. Je m’imprègne de cette sensation troublante et extraordinaire, mélange de musique, de nuit, de chaleur, de foule, et de plaisir sensuel. Eric, de son autre main, tient ma cheville. Plus haut, je sens qu’il entre plusieurs doigts en moi. Je ne sais pas dire combien. Peut-être deux ou peut être trois, je sens seulement mes lèvres s’étirer, les parois de mon vagin se comprimer pour les laisser passer. J’aime cette sensation d’être comme remplie. Il bouge en moi, fait des va et viens, tourne, pivote, « hummmm quel délice !»

Son pouce s’est posé sur mon anus. Il fait aussi des allers et retour de l’entrée de mon sexe à mon anus. Eric voudrait mouiller son pouce qu’il ne ferait pas autrement. Maintenant, il appuie sur mon entrée de derrière. Son pouce entre un peu. Il ressort, retourne à ma source, et revient à mes fesses. Je le sens alors glisser progressivement en moi. Je pousse pour l’aider à franchir mon passage… Haaa.. Il est en moi !

Il doit avoir trois de ses doigts dans mon sexe, car je ne sens plus que son petit doigt frotter sur un côté de mes lèvres.
D’un coup, sa main s’active. Il s’agite en moi. Il me fouille, il me rentre son pouce en entier, il pousse. Par moments, je me sens comme soulevée par sa main, comme en appuis, assise sur le creux de sa main ouverte. Parfois, j’ai comme la sensation que son pouce joue avec ses autres doigts au travers de moi. C’est trop bon … ! Hummmm ! Je bouge mon bassin pour accentuer mon plaisir et participer à ma façon.
Soudain, sa main se retire, d’un coup. Eric me lâche la cheville. Que lui arrive-t-il ?

Je reste figée deux ou trois secondes. Comme pour attendre qu’il me « reprenne en main ». Rien …
Alors, je m’accroupie sur le muret pour le voir. Et là, je vois Eric, une bière dans chaque main, comme s’il arrivait de la buvette…
Mais … mais … alors … qui m’a …?


Partagez ce récit coquin :
Retour à la catégorie Récits Hétéro