Récit érotique : Une fin de voyage mouvementée


Lue : 1535 fois
Histoire ajoutée le 26/04/2018 par bgold5b

Webcams coquines
Histoire coquine :

Voila, les vacances sont finies. Cette année je suis parti seul à la montagne. Ma femme en pleine négociation de gros contrats à l'international ne pouvait se libérer, comme souvent d'ailleurs. Donc, je ne l'ai pas attendue et je suis allé faire de la randonnée dans les Pyrénées.

Le retour sur Paris, en cette fin de mois d'aout, est difficile. L'autoroute a été très vite saturée et je me suis décidé à sortir pour utiliser le réseau routier secondaire. Au début, rien de facile. Beaucoup d'automobilistes avaient eu la même idée que moi. Mais maintenant, c'est le pied. Je suis tout seul. En revanche ma progression a été plutôt lente, limitations de vitesse, difficultés pour les dépassements, routes sinueuses et étroites, en conséquence la nuit est tombée. Je suis trop loin de Paris et rien ne me presse. Je vais devoir me mettre en quête d'un hôtel pour passer agréablement la nuit. Une petite halte va me permettre de consulter internet, pour trouver un hôtel de la région avec des chambres libres. J'en suis la de mes réflexions quand soudain la voiture a des hoquets. Je pense immédiatement essence. Mais ce n'est pas possible, j'ai fait le plein il y a moins de 200 km. J'essaye d'accélérer, mais rien ne se passe et la voiture continue de ralentir. Là, sur ma droite, se profile l'entrée d'une demeure. Grande allée bordée d'arbres majestueux. Je mets mon clignotant et je m'engage dans le chemin, la voiture avance à peine et je la gare au mieux pour ne gêner personne. Merde! Putain de panne! C'est la première fois que cela m'arrive. Et en plus en pleine région forestière. Et peut être à des kilomètres de toute habitation. La colère m'égare car je suis bien à l'entrée d'une propriété habitée. Le chemin de l'allée éclairé par les phares est bien entretenu, l'herbe des fossés a été coupée. Je prends la lampe torche dans la boite à gants, sors de la voiture et machinalement la ferme a clé, le couic - couic de l'alarme retenti ponctué par l'éclairage des clignotants. J'avance dans l'allée. La nuit n'est pas vraiment noire. La journée a été très belle et le ciel étoilé semble éclairer la terre. J’aperçois maintenant un grand portail et plus loin une forme sombre, imposante, avec des taches de lumière. Il est autour de minuit et fort heureusement pour moi les propriétaires ne sont pas encore couchés. Arrivé au portail, celui-ci est fermé. Sur le pilier droit ma torche montre un interphone. Je sonne et assez rapidement une voix d'homme me dit "bonsoir". Sans laisser mon interlocuteur parler d'avantage, je lui rend le bonsoir et m'engane dans des explications que j'essaye de rendre les plus convaincantes afin qu'il veuille bien m'héberger pour la nuit. La réponse arrive "Bien Monsieur, je vais en informer Monsieur Le Comte". Après une ou deux ou trois minutes d'attente, "Monsieur le Comte va vous recevoir". Un bruit de moteur électrique et le portail s'ouvre. Je m'avance vers la maison. Le chemin de terre est maintenant rempli de gravier qui crisse sous mes pas. J'aperçois un perron, je m'approche, gravis les quelques marches et je sonne. La porte s'ouvre sur un majordome habillé à l'ancienne, comme celui du film de Walt Disney "les 101 Dalmatiens". Mais celui-ci est plus jeune, grand et très efféminé. Je le soupçonne même de se maquiller légèrement. Etrange!! "Monsieur le Comte vous attend, veuillez me suivre s'il vous plait". Nous avançons dans un large couloir bien éclairé avec des tableaux sur les murs qui représentent pour la plupart des portraits que l'on peut penser être ceux d'ancêtres illustres ou pas. Le majordome se dirige vers une porte sur la gauche, il la pousse et m'annonce comme étant "le visiteur du soir". Monsieur le Comte se dirige vers moi et me tend la main en me souhaitant la bien venue. Il me dit qu'il m'offre l'hospitalité pour la nuit et qu'il a demandé que l'on mette a ma disposition l'une des chambres du manoir. Il s'étonne de me voir sans bagages. Eh oui je les ai laissé dans la voiture, les évènements se sont enchainés si vite. Je le vois me jauger, il me toise et me dit qu'une de ses robes de chambre et un pyjama assorti m'iraient très bien. Il met aussi a ma disposition un nécessaire de toilette. Je le remercie. Il prend congés en m'indiquant que Paul le majordome va me conduire à ma chambre et que la bonne Ema viendra m'apporter les affaires qu'il m'a promises. Je suis de nouveau sur les talons de Paul. Nous montons à l'étage et Paul ouvre la porte de ma chambre, allume la lumière et m'invite à passer devant lui. Il me souhaite la bonne nuit, ferme la porte. J’entends ses pas s'éloigner dans le couloir. La chambre est plutôt grande, je dirai une vingtaine de mètres carrés. En entrant on voit la fenêtre, légèrement en retrait du mur de la chambre, et sous la fenêtre un vieux radiateur en fonte peint en blanc. Sur la droite, adossé au mur du fond, le lit. Une armoire ancienne avec un grand miroir lui fait face. Chaque coté du lit reçois un chevet doté d'un tiroir. Un tableau au dessus du lit représente une scène de chasse. Enfin a gauche en rentrant une porte ouvre sur une salle de bains avec douche et wc. Je suis seul depuis quelques minutes quand on frappe à la porte. Je m'approche, ouvre la porte. Une très jeune femme grande et mince se tient devant moi, les bras chargés des affaires promises par le Comte. Je la laisse entrer. Elle pose délicatement le pyjama sur le lit. En se baissant ses fesses moulent sa robe. Elles sont bien rondes et assez grosses. Sa taille est fine et ses jambes semblent très fuselées. Lorsqu’elle se retourne pour mettre la robe de chambre dans l'armoire je vois ses seins gros et ronds il déforme sa robe trop serrée et trop fermée à mon gout. Je la laisse ranger les affaires et au moment de partir je lui demande de venir s'assoir sur le lit. A ma grande surprise elle ne pose aucune question, n'émet aucune protestation. Elle s'exécute, certainement une forme de soumission. Cela me met en confiance et Je lui dit que je la trouve jolie, pleine de charme et que de la voire ainsi assise à mes cotés me trouble énormément. Elle rougit et je sens bien que je ne la laisse pas indifférente. Elle se tourne vers moi, me donne un très joli sourire et sa main prend la mienne. Je sens mon sexe se durcir et déformer mon pantalon. Je pose sa main à l'endroit ou mon sexe fait une grosse bosse. Elle tâte, dit qu'elle ne comprend pas ce qui se passe. "Veux tu voir ce dont tu est la cause"? Je n’attends pas sa réponse et baisse mon pantalon et mon slip. Mon sexe jailli, dressé. Elle est toute surprise. Elle le touche, "mais c'est tout dur!". "Oui bien sur c'est parce que je te désir fortement". Je prends de nouveau sa main et lui fais attraper ma bite. Je lui dis qu'elle peut me donner beaucoup de plaisir en faisant des gestes très simples que je lui montre. Je lui apprends à me branler et la fait aller plus ou moins vite à ma demande. Elle semble apprécier de sentir ma bite dans sa main et de la masturber doucement. Elle aime ce gland qui glisse entre ses doigts. Mon rythme cardiaque s'accélère et je commence à émettre des petits râles. Des gouttes de liquide séminale sortent de mon gland et elle me demande ce qui se passe. Elle s'arrête de me branler. "Pouah c’est quoi, c'est tout gluant". Je ne prends pas la peine de lui expliquer et lui demande de continuer parce ce qu'elle me fait trop de bien. Elle continue donc. Mon excitation est telle que je me mets à bouger profitant de tous les mouvements de sa main pour accentuer le plaisir. Puis je me crispe, tend ma bite, pousse des râles plus forts que les autres et éjacule abondamment entre ses doigts. Mon sperme gicle jusque sur sa robe. C'est pour elle une énorme surprise. C'est la première fois qu'elle voit ça: du sperme. C'est de nouveau tout gluant mais aussi en grande quantité. Elle semble à la fois surprise de tout ce qu'elle a déclenchée et énormément troublée par son excitation. Je me remets de mes émotions. Je la rassure. Lui dit que tout ça est normal, prends un peu le temps pour lui expliquer le sexe et l'invite à se déshabiller. Pour aller plus vite je l'aide, lui retire son soutien-gorge. Ses gros seins s'échappent dans un mouvement très fluide que j'adore. Je les attrapes, mets ma tète entre ces gros seins tout chauds......... J'adore. J’attrape un téton dans ma bouche et le suce comme un gros bébé que je suis. Elle fini d'enlever sa culotte et ressent beaucoup de plaisir à mes suçons de tétons. Elle prend ma tète entre ses mains et l'enfouis encore plus entre ses seins. Je remonte doucement ma tète vers son cou que j'embrasse goulument. Je progresse maintenant vers son menton puis sa bouche. Mes lèvres recouvrent les siennes, ma langue se mêle à la sienne. Elle apprécie, elle tourne sa langue autour de la mienne puis l'enfonce dans ma bouche. Le baiser se prolonge, mon excitation provoque une nouvelle érection qu'elle sent contre sa cuisse. Sa main dont l'expertise a rapidement progressé attrape ma bite et la caresse doucement. Ma main droite descend jusqu'a sa chatte. La masturbation qu'elle m'a prodigué il y a peu et le baiser profond que nous échangeons font qu'elle est très mouillée ce qui n'est pas sans me faire un énorme plaisir. J'invite Ema à s'allonger sur le lit, pose ma bouche sur sa chatte. Ma langue se faufile entre ses lèvres, trouve son clitoris, le lèche doucement. Puis je le gobe, le maintien entre mes lèvres et le caresse avec ma langue. Son excitation est telle que sa main me masturbe fortement, que son bassin bouge en même temps que ma bouche sur son sexe. Alors je me lève, lui demande d'écarter ses cuisses, m'allonge sur elle et tente de la pénétrer. Instinctivement elle m'aide en prenant ma bite dans sa main et en la guidant a l'intérieur de son vagin très lubrifié. Je me sens maintenant très bien dans ce vagin si accueillant. Sa forte excitation a gonflé ses muqueuses et les frottements ainsi provoqués sur mon gland augmentent mon plaisir comme d'ailleurs le sien. Mes mouvements jusque la de va et vient se font maintenant un peu dans tous les sens et ses mouvements accompagnent et amplifient les miens. Le rythme s'accélère, ma bite me donne l'impression qu'elle va exploser. Ema pousse de plus en plus de petits cris et ses jambes s'agitent de façon désordonnée. On dirait qu'elle cherche de l'air qu'elle n'arrive plus à respirer. Elle a mis ses mains sur mon dos et me pince fortement. Nos cris se mêlent, la chaleur a envahi ma bite et je sens mon éjaculation comme un soulagement intense. Mon sperme s'est répandu dans son vagin, je bouge encore un peu par pur plaisir. Ema ne bouge plus elle a étendu les bras le long de son corps. Je l'embrasse, elle me rend mon baiser. Nous sommes bien, relaxés, détendus. Il doit bien être une heure et demi ou deux heures, je m'en fiche, je m'assoupi à coté du corps alangui de Ema.

Ema s'est levée a filé dans la salle de bain pour une rapide toilette. Lorsqu'elle sort, toujours nue, la porte de la chambre s'ouvre sur la gouvernante qui la cherche depuis au moins une bonne heure. On lit immédiatement dans les yeux de Jeanne qu'elle est furieuse, une jeune fille qui ne connaissait rien au sexe serait elle devenue en un soir une trainée. Ces deux la méritent d'être punis. Jeanne sort un fouet caché sous sa robe, elle s'avance vers Ema terrorisée et tétanisée. Elle la menace de son fouet et lui fait signe, en mettant deux doigts devant sa bouche, de ne pas parler ni crier. Puis elle lui montre les cordelettes des rideaux et lui demande doucement de les retirer. Je dors maintenant profondément, allongé nu sur le lit, les bras au dessus de la tète. C'est la position idéale pour m'attacher les deux mains ensemble et me neutraliser. Jeanne exécute rapidement et avec beaucoup de dextérité la manoeuvre qu'elle s'est fixée. Pendant que Ema, comme le lui a demandé la gouvernante, m'attache les deux jambes ensemble au dessus des genoux. Tout cela fini par me réveiller et je m'aperçois que je suis attaché couché sur le lit. Je vois une femme que je ne connais pas fixer par des liens Ema au radiateur de la chambre. Comme moi Ema a les mains et les jambes liées ensemble. Maintenant elle pleure et demande pardon à la gouvernante. Furieux de me trouver dans cette position, je tente de savoir qui est cette femme, d'expliquer pourquoi je suis là et ce qui s'est passé dans cette chambre et j'exige d'être libéré. Je n'obtiens pour toute réponse qu'un "fermez la" autoritaire et sans appel, aboyé plutôt que dit.

La gouvernante a attaché Ema au radiateur par le cou de façon à ce qu'elle soit penchée en avant. Maintenant elle lie chaque jambe au tuyaux de chaque coté du radiateur. Elle fixe solidement une jambe coupe le lien au niveau des genoux et tire fort sur l'attache de l'autre jambe de manière a ce que Ema ait les jambes écartées. Ema a maintenant son cul et sa vulve offerts a qui voudra bien s'en servir.

La gouvernante s'approche de moi passe un lien entre mes bras et le fixe rapidement et solidement à la tète de lit.
Tout se remue-ménage a ameuté Monsieur le Comte qui pousse de sa canne la porte de la chambre. Un magnifique et inespéré tableau s'offre à ses yeux. J'entends une voix "Madame la gouvernante que se passe-t-il ici". Cette dernière sort de la chambre en entrainant le Comte et explique avec force détails les raisons de cette mise en scène. Monsieur le Comte est ravi de la situation. Il aide Jeanne à me retourner, m'attacher chaque jambe à un pied du lit et renforcer la fixation des mains. Je me retrouve à plat ventre sur le lit les jambes écartées et dans l'impossibilité de bouger.

Jeanne se tient maintenant dans le dos d'Ema. Elle fait claquer son fouet en l'air puis d'un coup elle atteint les fesses de la bonne qui pousse un léger gémissement. Une zébrure rouge marque sa peau blanche. Jeanne recommence a frapper, Ema pousse des petits cris de douleur ce qui excite Jeanne et l'incite a frapper plus fort et encore et encore. Ema a les fesses maintenant très rouges avec des perles de sang par endroits, et pleure beaucoup de douleur. Monsieur le Comte intervient alors en saisissant le bras de jeanne pour l'empêcher de frapper, il lui hurle dans les oreilles un "ça suffit" qui arrête définitivement les ardeurs de la gouvernante. Vexée cette dernière quitte la chambre en claquant la porte. Monsieur le Comte se déshabille. Cela fait très longtemps que la jeune femme l'intéresse et il n'a jamais su comment s'y prendre. Mais là, quelle opportunité, Ema nue et attachée dans une position si avantageuse pour lui. Elle ne peut que se laisser faire. Il la regarde et regrette que la gouvernante ait un peu abimé une si jolie petite pute. Alors il prodigue quelques soins à ce joli cul. C'est tout juste si Ema ne le remercie pas pour ces gestes de douceur.

Monsieur le Comte, Paul de son prénom, contemple le tableau avec délectation. Il s'approche et touche les jolis seins d'Ema. Il pince les tétons ce qui fait frissonner la jeune femme. Puis il se met à genoux et commence à lui lécher son anus. Et ça, c'est encore nouveau pour Ema. Elle trouve la sensation délicieuse. La langue du Comte tente de pénétrer son trou et c'est encore très jouissif pour la bonne, qui malgré les coups de fouet qu'elle a subi, en redemande en tendant le plus possible son joli cul vers la langue de Paul. Se léchage si agréable a de nouveau exciter Ema qui mouille tant et plus. Mais ce qui intéresse particulièrement Paul c'est le cul d'Ema. Alors il y met un doigt, puis deux, puis trois. Pour le moment c'est très agréable pour elle, le Comte ne se presse pas et son excitation augmente. Son sexe est maintenant bien raide et l'envie de pénétrer ce joli petit trou devient tout a coup bien grande. Alors il mouille sa bite et le cul d'Ema avec sa salive. Il le fait plusieurs fois afin que la lubrification soit bonne. Il présente maintenant son sexe devant le trou d'Ema et appuie fort avec son bassin. La bite de Paul rentre dans le cul d'Ema, il la fait progresser par à-coup ce qui ne convient pas du tout à la bonne qui crie que ça lui fait mal. Mais Paul s'en fou. Il a ce qu'il voulait un trou étroit qui s'offre sans résistance. Maintenant bien enfoncé en elle il se met à l'enculer trés fort avec des mouvements rapides et profonds ce qui décuple son plaisir. Ema en revanche, est maintenant très douloureuse. Les promesses si agréables du début de la pénétration n'ont pas été tenues. Son cul brule littéralement et elle pleure et demande que cela s'arrête. Mais le Comte ne l'entend pas de cette oreille son excitation augmente au même rythme que les supplications d'Ema. Sa bite est maintenant très raide et gonflée, ses couilles sont remontées dans son bas ventre, il se cambre enfonce profondément son sexe dans le cul d'Ema. C'est l'explosion. Il râle très fort en éjaculant dans le cul de la bonne. Il continue a bouger un peu. Cet exercice l'a fatigué, il se retire, tombe à genoux. Son sperme goutte sur le plancher de la chambre. Ema a cessé de gémir, elle reprend ses esprits et elle aussi, fatiguée, se met a genoux. Paul se lève, se rhabille et quitte la chambre sans aucun regard pour Ema.

Je suis atterré de ce qui se passe. Couché sur le ventre, la tête dans le dessus de lit je n'ai rien vu, mais j'ai tout entendu. Je ne sais pas quoi dire à Ema. J'ose néanmoins lui demander comment elle va et si elle pense pouvoir se libérer. Pas de réponse. Je ne lui dit pas, bien sur, que malgré mes tentatives et mes efforts, je n'ai pas réussi a défaire, ne serait-ce qu'un tant soit peu, mes liens. Nous restons donc tous les deux offerts et vulnérables. La gouvernante vexée par son patron pour l'avoir empêché d'aller au bout de son fantasme, a décidé de ne pas en rester là. Elle va se venger, à sa manière, sans participer. Elle connait bien l'homosexualité du majordome, mais aussi elle a découvert la passion brulante du jardinier Eric pour Ema. Elle sait que régulièrement ce grand noir timide, très musclé et bien membré, vient prendre des sous vêtements d'Ema sur les portants et les utilise pour se masturber, puis il les dépose dans la panière au linge sale. Dés que Jeanne, furieuse et frustrée, a quitté la chambre, elle s'est mise en quête de ses vengeurs. Mais nous sommes un samedi matin de très bonne heure et les deux hommes ne sont pas au manoir. En effet ils ont pris l'habitude, toutes les nuits du vendredi au samedi de se rendre ensemble au village voisin pour y faire un peu la fête. Elle devra donc attendre leur retour. Il est environ Quatre heures quand les deux compères rentrent du village, un peu éméchés. A peine rentrés, elle leur tombe dessus, les entraine dans la cuisine qui est un peu isolée des autres pièces du manoir, et leur explique la situation. Elle sait qu'au village les deux hommes sont bien connus et qu'ils n'y ont aucune conquête. Donc sauf à se masturber de concert sur le chemin du retour, ce qu'ils n'ont certainement pas fait, ils ont les couilles bien pleines. Les deux compères, à la demande de Jeanne, montent à l'étage sans faire de bruit. La porte de la chambre est ouverte, ils la poussent et voient devant eux Ema à genoux et nue. Elle est attachée au radiateur comme leur a décrit Jeanne. A coté, sur le lit, "le visiteur du soir" attaché, est allongé nu sur le ventre, jambes écartées. Les deux hommes se regardent, éclatent de rire, ils ont chacun leur pitance et se tapent dans la main. En les entendant Ema et moi crions "aidez nous, détachez nous". Mais plus rien, plus de bruits. Puis on les entend se dévêtir, bruits des fermetures éclaires et des vêtements qui tombent sur le sol. Une main me caresse les cuisses, puis les fesses. Je hurle "ça suffit, détachez nous!!!". La main glisse maintenant entre le lit et mon ventre. Me prend les couilles, les serre doucement puis remonte jusqu'a ma bite. Bordel, je bande et c'est bon! La main me tripote un long moment, caresse mon gland, redescend sur mes couilles, me masturbe. C'est tellement excitant que je relève les fesses pour lui faciliter la tâche. Soudain tout s’arrête, plus rien, des pas s'éloignent. Mais pour Ema c'est une autre histoire. Eric nu se masturbe en s'approchant d'elle. Il la saisie maintenant par la taille et la redresse. Elle proteste, essaye de résister mais c'est peine perdue Eric est beaucoup trop fort. La voila maintenant debout penchée en avant jambes écartées, totalement offerte. La masturbation et la vue du cul et de la chatte d'Ema ont provoqués, chez Eric, une forte érection. Et la bite d'Eric en pleine érection, c'est un puissant outil. Environ 22 cm de long et 5 cm de diamètre. Eric c'est le désir brut, animal. Chez lui pas de préliminaires, la jouissance au pus vite pour lui, bien sur. Dans ces moments de si forte excitation la partenaire n'est qu'un faire valoir un objet sexuel et rien d'autre. Il tient Ema par les hanches et avance son énorme bite vers sa chatte. Il prend néanmoins soin d'écarter les lèvres pour faciliter la pénétration. Lorsque son gland tout rose, par contraste avec la peau noir de sa verge est à l'entrée du vagin d'Ema, il pousse violemment avec son bassin. Heureusement, avec tout ce qui s'est passé depuis nos ébats, la chatte d'Ema est resté très mouillée et la pénétration est plutôt agréable. La taille de la bite d'Eric ne semble pas avoir d'importance, et Ema sent bien que son vagin réagit favorablement aux mouvements du sexe du jardinier. La lubrification augmente, les muqueuses gonflent et le plaisir vient doucement. Le sexe d'Eric est maintenant fortement caressé par les parois du vagin d'Ema, son excitation grandi et il accélère le mouvement augmente le rythme et Ema le suit dans la recherche du plaisir. Elle positionne son bassin, par anticipation, de manière a augmenter les frottements et en conséquence son plaisir comme celui d'Eric. Ce dernier n'en revient pas. Il ne pensait pas qu'Ema puisse être aussi experte. Il commence à émettre des petits râles, leur nombre et intensité augmente et brutalement c'est l'explosion. Il éjacule dans le con d'Ema et l'éjaculation n'en fini pas. Eric maintien les mouvements de sa bite pour lui, par pur plaisir. Ema y répond en bougeant dans tous les sens, en apnée, avec des tas de petits cris. Et sans le savoir il conduit Ema à la jouissance. Ema crie, Ema pleure, Ema est aux anges. Elle se relâche en s'appuyant sur le radiateur. Eric arête de bouger, s'appuie sur elle, la prend dans ses bras au niveau de ses seins, la serre très fort et l'embrasse dans le cou. Serait ce un grand sentimental cette brute de jardinier? Eric se retire du con d'Ema. Elle sent le sperme d'Eric couler, tout chaud sur ses cuisses. Oubliés les sévices de Jeanne et du Comte. Elle est bien et heureuse. Eric se rhabille, s'approche de Paul lui met la main sur les couilles, elles sont dures. Paul tout absorbé à m'enculer ralenti quand même le mouvement et fait un signe de la main à Eric qui lui donne une tape dans le dos et quitte la chambre en refermant soigneusement la porte

Pendant qu'Eric s'occupait d'Ema, le major d'homme est allé dans sa chambre chercher une huile de massage. Maintenant qu'il est de retour, il repasse sa main sous mon ventre et reprend très doucement la masturbation de ma bite. Très rapidement, comme si je n'attendais que ça, mon excitation augmente et me voila en érection. Je relève de nouveau les fesses. Mais il arrête de me masturber et je sens couler un liquide entre mes fesses, beaucoup de liquide, qu'il répand aussi sur tout mon cul. Un doigt dans mon anus puis un deuxième, puis trois. Il les fait s'enfoncer et tourner très délicatement puis je sens que bientôt il enfonce tous ces doigts, un peu plus profond. Je sens mes sphincters se dilater. Sa main me parait être entrée dans mon rectum. Avec sa main il fait plein de mouvements qui me font ressentir cette tension incroyable et très jouissive de mes sphincters. De son autre main il me branle, mon excitation monte très vite, je n'en peu plus et dans un râle je jouis en éjaculant sur le dessus de lit. Il retire délicatement sa main. Ces jeux l'ont terriblement excité. Il bande très dur et présente sa bite devant mon anus dilaté. Il me pénètre et m'encule aussi fort qu'il le peut. Heureusement la lubrification apportée par l'huile de massage rend cet enculage plus que supportable. J'aime même sentir le mouvement de sa bite dans mon cul et me voila de nouveau excité, même si je sais que je n'arriverai pas à jouir une troisième fois. Néanmoins je vais essayer par des mouvements appropriés de mon bassin à augmenter mon plaisir et le sien. Au bout de quelques minutes, Paul se raidit et tout en criant éjacule dans mon cul. Puis il s'affale sur moi, la bite dans mon rectum et ne bouge plus. Quelques instants plus tard, il se retire, s'habille, va dans la salle de bain, prend les ciseaux dans le nécessaire de toilette que m'a apporté Ema. Il coupe le lien qui retient mes mains attachées à la tête de lit. Puis va vers Ema et libère aussi ses mains. Paul revient alors vers moi, pause les ciseaux sur un chevet et avant de partir dépose un baiser sur mes fesses. Il sort de la chambre et j’entends ses pas s'éloigner dans le couloir. Nous voila de nouveau seuls Ema et moi.

Ema essaye de défaire ses liens et fini par y parvenir. Il est environ cinq heures et demi et à sept heures elle doit prendre son service. Déjà elle sait que ce sera sa dernière journée dans ce manoir. Elle ne veut pas que cela se reproduise que ce soit avec le jardinier, la gouvernante ou Monsieur le Comte. En conséquence cet après midi elle donnera son congé. Pour l'heure elle occupe la salle de bain, prend une douche et revient dans la chambre. Je suis toujours affairé à défaire mes liens, nu sur le lit. Elle s'approche de moi, se penche et sans dire un mot m'embrasse sur la bouche longuement. Puis elle s'arrête, s'habille, me fait un signe de la main et part se coucher quelques minutes pour récupérer un peu. J'ai mis le réveil de mon téléphone à sonner à Huit heures. La sonnerie retentit et j'ai du mal à m'extirper de mon sommeil profond. Néanmoins il faut que je me lève pour trouver un garagiste qui pourra réparer la voiture. Je me lève à contre-coeur, prend une douche, me rase, m'habille et rejoint le salon où j'avais rencontré Monsieur le Comte. Il est la assis à la table du petit déjeuner. Il lit son journal. En m'entendant entrer il baisse un coté du journal pour me voire, et me lance "bonjour, cher ami, bien dormi?" Je n'ai pas le temps de répondre qu'il m'annonce. "J'ai un ami garagiste et j'ai pris sur moi de lui demander de s'occuper de votre voiture. Il m'a assuré venir la chercher vers 9 heures avec sa dépanneuse. Il ne vous reste guère de temps pour prendre un petit déjeuner, néanmoins un café peut être?" j'acquiesce et le Comte d'enchainer "Ema, mon petit, un café pour notre visiteur". Je bois lentement le café. Puis je me lève me dirige vers Monsieur le Comte, je le remercie chaleureusement pour son hospitalité et lui dit au revoir. Il me serre la main. Je quitte le salon sort du manoir et me dirige vers la voiture où m'attend déjà le garagiste.

Partagez ce récit coquin :
Retour à la catégorie Récits Hétéro